Des films qui vous inspireront à voyager

De nos fils d’activité Instagram à nos choix de club de lecture, en passant par des blogs comme les vôtres, l’inspiration au voyage peut être découverte n’importe où. Les films peuvent aussi déclencher une profonde envie de voyager—et nous invitent à partir à l’aventure dans la nature (« Into the Wild »), à réserver un voyage impromptu à Los Angeles (« La La Land »), à faire un voyage en voiture avec nos meilleurs amis (« Thelma et Louise »), ou même à découvrir une galaxie très, très lointaine (« Star Wars »). Nous vivons par procuration grâce aux personnages, et nous finissons souvent par imiter les événements que nous voyons sur le grand écran. À propos de ça, nous avons demandé aux rédacteurs d’Oyster de partager les films qui les ont inspiré à faire leurs valises et à prendre la route—juste à temps pour les Oscars. Amenez votre propre pop-corn.

« Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain »

« En grandissant, je regardais régulièrement des films qui se passaient à Paris, de ’Drôle de Frimousse’ à ’À Bout de Souffle’, mais rien n’a autant stimulé mon envie de voyage francophile que ’Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain’. Tout, de la bande originale d’accordéons virevoltant au décor du café de Montmartre, exposait parfaitement la culture parisienne. Mais c’est l’héroïne principale, jouée par Audrey Tautou, qui incite le plus à explorer la Ville des Lumières. Son obsession pour les plaisirs tactiles de la vie—briser la coquille d’une crème brûlée crémeuse ou plonger les mains dans les haricots au marché—sont le genre d’actes de bonheur momentané que tout le monde peut vivre en déambulant dans la ville. Ça démontre vraiment, comme on dit en français, que ’La vie est belle’. » — Maria Teresa Hart, Rédactrice

Découvrez notre guide touristique de Paris.

« Indian Palace »

Photo gracieusement offerte par Kyle McCarthy via Flickr

« Il y a plusieurs films qui ont aidé à placer l’Inde colorée et captivante sur ma liste des destinations incontournables (le plus récent étant ’Lion’), mais ’Indian Palace’ arrive en tête. J’adore le fait qu’un groupe de britanniques à la retraite aux tempéraments différents restent ouverts au chaos de l’Inde, et finissent par trouver leur propre bonheur dans ce pays. Il n’a montré qu’une partie de la beauté de l’Inde, mais c’était un bon rappel à accepter d’autres cultures et à limiter les attentes lors de voyages vers des destinations inconnus et qui peuvent parfois être difficile. » — Lara Grant, Rédactrice adjointe

« Tout sur ma Mère »

« Quand j’ai vu ’Tout sur ma Mère’ de Pedro Almodovar, j’ai su que je devais aller à Barcelone. Ce n’est pas tant parce que le film est une lettre d’amour à la ville – bien que ça le soit un peu (du moins à son côté moins public, non nourri pas Gaudi). Il y avait plutôt quelque chose dans le ton qui a touché quelque chose en moi. Le film est plein de couleurs saturées, de voix parfois paillardes, parfois étouffées, et un sentiment d’urgence parfois frénétique, ajouté à l’étrange perspective avouée d’Almodovar. L’architecture magnifique du Quartier Gothique et de l’Eixample, les graffitis négligés, et la bohème sauvage du film étaient puissants et semblaient tellement plus monumentaux que n’importe lequel des bâtiments de Gaudi (bien que cela ait changé après ma première visite à Barcelone en 2005). » — Kyle Valenta, Rédacteur

Découvrez notre guide touristique de Barcelone.

« Minuit à Paris »

« Est-ce que c’est cliché de choisir ’Minuit à Paris’ ? Sûrement, mais je le choisis quand même. Le film de Woody Allen, qui a été tourné partout dans Paris, ainsi qu’à Versailles et Giverny, suit Gil, un écrivain en vacances avec sa fiancée et ses futurs beaux-parents. Bien entendu, il met en valeur toutes les attractions principales de la Ville des Lumières—la Tour Eiffel, les cafés extérieurs, l’Arc de Triomphe—mais ce n’est pas pour cela qu’il m’a autant plu. Lorsque minuit sonne, Gil monte à bord d’une vieille voiture qui roule dans les petites rues de Paris. Bon, je sais qu’il n’est pas de bon ton de monter dans une voiture avec des inconnus, mais écoutez ceci—lorsque Gil rentre dans le véhicule, il se retrouve à Paris dans les années 1920. Attention, spoiler : Il rencontre et côtoie des gens célèbres tels que Cole Porter, F. Scott Fitzgerald, Ernest Hemingway, Pablo Picasso, Salvador Dali, Luis Bunuel, et la liste continue. Gertrude Stein lit le manuscrit de Gil, et il tombe amoureux d’Adriana, l’amante de Picasso—le tout est remarquablement romantique. Il déambule dans les mêmes rues la nuit suivante, et la nuit d’après (est-ce qu’on peut lui en vouloir ?) et vit cette expérience de voyage dans le temps encore et encore. Quoi qu’il en soit, lorsque j’ai visité Paris il y a cinq ans, j’ai cherché une voiture similaire. Je n’en ai pas vu, mais c’est juste une autre excuse pour réserver un vol et tenter à nouveau, n’est-ce pas ? » — Alisha Prakash, Rédactrice

« Carnets de Voyage »

« ’Carnets de Voyage’ rapporte des points doubles pour être à la fois un livre et un film qui m’ont inspiré à voyager et faire du bénévolat en Amérique du Sud, comme le protagoniste Ernesto Guevara. Une moto c’est presque comme une motocyclette, non ? » — Megan Wood, Rédactrice

« La Vie rêvée de Walter Mitty »

Photo gracieusement offerte par Thomas Leth-Olsen via Flickr

« ’La Vie rêvée de Walter Mitty’ est peut-être bien mon film de voyage préféré de tous les temps. C’est un film énormément sous-estimé (je parie que vous ne l’avez pas vu, n’est-ce pas ?) avec une distribution exceptionnelle, une superbe bande originale, et, bien évidemment, des lieux de tournage éblouissants. Il y a quelque de vraiment inspirant lorsque Walter quitte sa zone de confort et parcourt le monde, faisant grandir son caractère et développant des relations à travers ses expériences. Ça semble ringard ? Peut-être un peu, mais ce n’est certainement pas ’Mange, prie, aime’. Il y a un certain niveau d’authenticité qui me donne envie de faire mes sacs et de partir pour ma propre aventure solitaire. Si ce n’est pas assez pour vous convaincre de regarder le film, Kristen Wiig chante ’Space Oddity’ de David Bowie dans un karaoké au Groenland. » — Stefanie Waldek, Rédactrice

« French Kiss »

« Bon, j’ai vraiment un faible pour les comédies romantiques, surtout dans la lignée de Norah Ephron et Nancy Meyers—et n’importe quoi avec Meg Ryan, bien entendu. ’French Kiss’ était un film des années 90 qui n’a pas été encensé par les critiques, mais il est agréable (Meg Ryan et Kevin Kline sont aussi tous les deux hilarants dedans). Le superbe cadre de Paris et du sud de la France incite au voyage comme jamais (imaginez des régions vallonnées, des vignobles pittoresques, des plages de la Méditerranée, et de petites villes pavées). Je suis sûre que ça a inconsciemment joué un petit rôle dans ma décision de partir en Provence en avril—heureusement je ne suis pas allergique au lactose comme le personnage de Meg Ryan, et j’ai hâte de manger une quantité indécente de fromage français. » — Kelsey Blodget, Rédactrice en chef

« Pique-nique à Hanging Rock »

« Avant, j’avais une obsession bizarre avec le film ’Pique-nique à Hanging Rock’. (Que vous dire, j’adore un mystère victorien dans l’outback !) L’obsession a fini par entourer tout ce qui a trait à l’Australie, ce qui m’a mené à y étudier à l’université (pas à Sydney—je voulais très précisément aller à Melbourne en Victoria). Je ne suis pas allée à Hanging Rock, mais j’ai fait une visite auto-guidée de la maison sur la péninsule Mornington, où l’auteure Joan Lindsay a écrit le livre. Inutile de dire que j’ai de grands projets de retourner un jour dans cette partie-ci du monde—et de trouver comment y regarder en streaming la nouvelle mini-série de ’Pique-nique à Hanging Rock’ qui sort dans le courant de l’année ! » — Anne Olivia Bauso, Rédactrice adjointe

Découvrez notre guide touristique de Melbourne.

Vous aimerez aussi :